Profitez d'un abonnement gratuit !
Communes > CAPI

Collectif "Eau bien public" : Un débat passionné sur la future gestion de l’eau - 24/06/2016

Le collectif “Eau bien public” qui vient de se constituer sur le territoire de la CAPI a invité, à Bourgoin-Jallieu, Gabriel Amard pour une réunion d’information et de réflexion sur la gestion de la distribution d’eau potable au sein la Communauté d’Agglomération. Président pendant 25 ans d’une communauté d’agglomération de la région parisienne qui a réussi le passage à une gestion publique, Gabriel Amard a su partager son enthousiasme avec la centaine d’usagers qui remplissait la salle banalisée.
Introduisant la réunion, Mehdi Sahraoui rappelait que le collectif “Eau bien public” s’est constitué avec des usagers et des associations. Il travaille en étroite collaboration avec les collectifs “Eau bien commun” organisés au niveau régional et national.  Michel Rival, maire de Nivolas-Vermelle et délégué à la CAPI, était invité à rappeler le cadre : «La CAPI a pris la compétence eau et assainissement dès sa constitution en 2007. Mais la gestion reste répartie en sept structures différentes représentant trois grandes orientations. Dix communes sont en gestion directe par le biais d’une régie, cinq sont en régie communautaire et cinq dépendent d’un syndicat des eaux voisin. Six communes sont en gestion déléguée à une Société d’Economie Mixte publique, la SEMIDAO sur le territoire de l’Ex-Ville Nouvelle plus La Verpillière. Enfin, six autres communes sont en gestion déléguée à une entreprise privée, la SDEI, devenue depuis ENGIE. La très grande majorité bénéficie donc actuellement d’une gestion publique. Quand on compare les coûts, ils font ressortir un avantage d’environ 20 % avec la SEMIDAO. Les abonnés, les citoyens, ont donc leur mot à dire sur les choix qui sont en cours d’élaboration à la CAPI dans le cadre du renouvellement de la délégation de service, car en définitive, ce sont eux qui paient.»
Gabriel Amard prenait le relais pour faire part de son expérience d’élu et de formateur dans le domaine de la gestion de l’eau : «L’eau est un besoin vital, à l’égal de l’air que l’on respire. Tous les êtres vivants en sont dépendants. C’est pourquoi le droit à l’eau a été déclaré comme un des droits fondamentaux de l’humanité, garantissant à chacun un accès à un tarif raisonnable. C’est le bien le plus inestimable, puisque l’eau douce ne représente que 2 % des masses d’eau de notre planète et que 1 % seulement est accessible, d’où l’impérieuse obligation de préserver la ressource et de ne pas la livrer à une concurrence libre, source de profits pour des grands groupes. Depuis la loi sur l’eau, le principe “l’eau paie l’eau” est intangible. Cela signifie que les ressources financières permettant de réaliser les équipements et de gérer les services doivent être issues de la gestion de l’eau. Autrement dit, les abonnés, individuels et collectifs, contribuent financièrement. Cela implique que les citoyens soient associés à toutes les décisions qui les concernent.» Pour Gabriel Amard, «on a juste besoin d’équilibrer le budget du service pour assurer à chacun une eau de qualité au coût minimum. On n’a pas besoin de financiers, on n’a pas besoin de commerciaux, car l’eau est un bien public, elle n’est pas à vendre. On ne doit pas vendre ce qui est nécessaire à la vie. Ce qui ne veut pas dire que l’eau doit être gratuite, mais que son tarif doit simplement représenter le coût de son exploitation et des investissements nécessaires.» L’homme passait ensuite en revue les différentes formes de gestion qui donnent toute leur place aux élus locaux et permettent d’associer les citoyens / consommateurs aux décisions. Il abordait ensuite les formes de tarifs différentiels qui permettent d’alléger la facture de ceux qui consomment l’eau pour un usage personnel sous la forme d’un droit universel et les gros consommateurs. De nombreuses questions ont prolongé le débat. Nous en reparlerons...

Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

  • Passer une annonce
  • parution web + papier !

Petites annonces

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com