Profitez d'un abonnement gratuit !
Communes > L'ISLE D'ABEAU

Conseil municipal : “Que les agents puissent travailler dans les meilleures conditions, mais à moindre coût” - 10/03/2017

Lundi 6 mars, après l’appel des élus, Alain Jurado, maire, donnait la parole à Nadia Casagrande, adjointe déléguée aux politiques publiques culturelles. Celle-ci évoquait la mémoire de Daniel Pelligra, récemment décédé, qui était anthropologue et réalisateur de documentaires. Il a passé sa vie à étudier différentes populations en France et à l’étranger, avec un intérêt marqué pour l’Afrique du nord. L’assemblée était invitée à observer une minute de silence. La séance qui s’ouvrait était annonciatrice d’une séance du conseil municipal particulièrement dynamique. Tout d’abord, avec la déclaration de Guy-Alain Dufeu. C’était un homme en colère ! Il croyait que tout le monde avait respecté sa décision concernant sa démission. Eh bien non ! Guy-Alain Dufeu, conseiller municipal de la majorité, se lançait dans un long plaidoyer : «Lors de la séance du conseil municipal du 30 janvier dernier, j’annonçais ma décision de démissionner de mon poste d’adjoint pour des raisons personnelles et professionnelles. Je remercie les élus et la presse d’avoir respecté cette décision. Pourtant, les raisons de ma décision ont été commentées et déformées. D’anciens élus s’en sont servis lors d’une conférence de presse donnée le 28 février dernier. Je cite : «Nous avons déjà obtenu la démission du 1er adjoint. Celui-ci n’a pas supporté les erreurs des décisions prises.» Je ne sais pas si je dois être honoré de tant d’attention ou être stupéfait. Il faut redonner du lustre à l’élu local. Les lilôtes et lilôts en ont assez des commentaires stériles et vains qui n’apportent rien au débat public. Des tracts ont circulé, notamment dans mon quartier. Notre objectif est d’entretenir et embellir la ville. Je suis pour les échanges qui se font dans le respect de chacun. Il n’y a pas de quelconque commentaire à avoir.» Pour poursuivre sur cette lancée Alain Jurado ajoutait : «Je comprends la colère de Guy-Alain Dufeu. Il faut donner du lustre à la démocratie locale. Il faut aussi redonner le goût et l’envie du débat public.» Précisons que la fonction de 1er adjoint a été confiée à Myriam Allex-Billaud, laquelle était adjointe aux politiques publiques familiales et éducatives.
Les élus étaient ensuite appelés à voter le compte-rendu des différentes décisions prises par le maire. Ensuite, le moment était venu d’approuver le compte administratif 2016. Comme le stipule la loi, le maire quittait la salle le temps de la délibération. Il était 20h47. C’est Christian Thermoz, adjoint délégué aux finances, qui était amené à présider la séance.
En section fonctionnement, les recettes s’élèvent à 19.314.415,70 euros. Les dépenses sont de 17.642.630,81 euros et le solde d’exécution est de 1.671.784,89 euros. Avec un résultat reporté de 822.539,71 €, le résultat de clôture est de 2.494.324,60 €. En investissement, les recettes sont de 3.690.491,97 euros et les dépenses s’élèvent à 3.516.717,83 euros. Le solde d’exécution est de 173.774,14 euros. Avec un résultat reporté de 1.260.635,77 euros, le résultat de clôture est de 1.434.409,91 euros. Ainsi, le résultat de clôture cumulé est de 3.928.734,51 euros. En dépenses, le reste à réaliser est de 654.884,55 euros. Notez que l’encours de la dette est de 310 euros par habitant contre 350 en 2015. À l’issue de la présentation, Cyril Marion, élu de l’opposition (groupe “Agir notre dynamique pour vous”), ne contestait pas les efforts faits par les élus de la majorité. Toutefois, il s’étonnait d’un différentiel de 2 millions d’euros concernant la réhabilitation du Centre technique municipal (CTM). L’étonnement était le même pour Didier Mangione. En 2015, ce projet était estimé à 1.500.000 euros dans les autorisations de programmes. Or, aujourd’hui, celui-ci est annoncé à hauteur de 3.500.000 euros. Pour continuer dans cette droite ligne, Cyril Marion évoquait les logements sociaux. La commune atteignant les 55 % alors que la loi impose un taux de 25 % aux communes. Il déclarait : «Cela a des conséquences financières pour notre commune. Au sein de la CAPI, certaines communes atteignent seulement les 10 %.»
De son côté, Rédoine Billaud, adjoint délégué au développement et animation de la vie associative, argumentait sur le sujet du logement social : «Nous avons un historique, un héritage. Nous devons nous poser la question de savoir comment faire pour travailler avec cet héritage.»
Jacques Reynier, adjoint délégué au développement et relations avec le monde économique, renchérissait : «Pour apporter un complément à l’argumentaire de Rédoine Billaud, je vous invite à venir à la présentation de la révision du SCOT qui se déroulera le vendredi 17 mars à 18h. Je vous invite à venir à cette réunion d’information et nous allons communiquer sur le site de la commune. Nous devons rabaisser le seuil du logement social. Cela passe aussi par la réhabilitation des logements sociaux. Actuellement, il y en a un certain nombre qui sont vides.» En réponse à ces interrogations, Rédoine Billaud déclarait : «Il ne faut pas s’emballer avec les perspectives, il y a la réalité du terrain.» Après un débat animé, ce compte administratif a été voté à la majorité des voix (5 abstentions du groupe “Agir notre dynamique pour vous”).
Alain Jurado faisait son retour à 21h14. La séance se poursuivait avec la fixation des taux des contributions directes. Christian Thermoz proposait de ne pas augmenter les taux d’imposition directe sur l’année 2017. Ceux-ci s’établissent comme suit : taxe d’habitation 13,39 %, foncier bâti 31,01 % et foncier non bâti 35,24 %. La délibération a été votée à l’unanimité.

Du CTM en passant par le CROUS
Le moins que l’on puisse dire c’est que le CTM, le CROUS et l’IUT ont alimenté les débats. Ils étaient les grands sujets de la soirée ! Tout d’abord pour Cyril Marion comme pour Luc Béraud, la réhabilitation du CTM voit l’enveloppe financière considérablement gonflée. “On est loin de l’enveloppe initiale qui était de 1,5 M€. Aujourd’hui on nous annonce 3,5 M€. On devrait arriver à 4 M€ avec le fonctionnement”, renchérissait Cyril Marion. De son côté, Alain Jurado, maire, mettait l’accent sur le fait qu’il est important que les agents travaillent dans les meilleures conditions possibles. “Oui, mais à moindre coût”, lançait Luc Béraud. Pour conclure, Alain Jurado déclarait : “J’y crois au service public. Il faut arrêter de mettre les camions dans des cages à poules.” Enfin, Alain Jurado faisait savoir qu’il a fait des propositions à l’État en ce qui concerne l’IUT de L’Isle d’Abeau (Institut Universitaire de Technologie). Le bâtiment est dans un état de délabrement avancé. “J’attends des réponses des services de l’État. On verra bien”, ajoutait le maire. Le sujet de la réhabilitation du CROUS (centre régional des oeuvres universitaires et scolaires) pour un montant de 800.000 € a également animé les passions. L’occasion pour Alain Jurado de s’enorgueillir d’être à la tête de la plus jeune commune de France qui compte le plus de groupes scolaires : “On ne peut que s’en réjouir et il y a une ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) par classe !”
À l’heure du vote du budget primitif, des élus souhaitaient s’exprimer. Ainsi, concernant le groupe d’opposition “Un regard nouveau pour L’Isle d’Abeau”, Cathy Simon tenait à expliquer le vote de son groupe : “M. le maire, nous avons apprécié la réunion de présentation du 23 février dernier. Selon la politique politicienne, nous devrions voter contre les dépenses et les investissements. Cela voudrait dire que nous nous désintéressons du travail effectué par les services et des salaires des agents. Nous ne sommes pas d’accord sur tout. Nous aspirons, notamment, à ce que l’IUT soit enfin réformé. Sa dégradation fait honte à notre commune. Nous savons que vous avez fait des démarches en ce sens et nous aspirons à bien vivre ensemble et que cela soit possible. Aujourd’hui, une ville qui n’investit pas est une ville qui se meurt. Nous voterons “pour”. Nous faisons un vote pour l’intérêt commun.” Cathy Simon et son groupe étaient remerciés par Alain Jurado, ce dernier saluant une prise de décision pleine de bon sens.
Le budget primitif était voté à la majorité des voix. En section fonctionnement, 7 abstentions : Laurent Machon, conseiller municipal d’opposition du groupe “Aimer L’Isle d’Abeau avec André Colomb-Bouvard” et le pouvoir d’Elyette Croset-Bay et le groupe “Agir notre dynamique pour vous”.
Et en section investissement, 5 abstentions du groupe “Agir notre dynamique pour vous” (Cyril Marion, Mikaëla Serrano, Luc Béraud, Sandrine Bouisset, Didier Mangione).
Carole Muet

Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

  • Passer une annonce
  • parution web + papier !

Petites annonces

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com