Profitez d'un abonnement gratuit !
Bourgoin-Jallieu > CEREMONIES COMMEMORATIVES

Fête nationale : "Il faut veiller à l’unité nationale, notre bel héritage !" - 21/07/2017

Vendredi 14 juillet, c’est sous un soleil de plomb que s’est déroulée la célébration de la Fête Nationale, place de la République, au Mémorial de la Paix. Tout un symbole en ce jour de triste anniversaire avec l’attentat perpétré à Nice, il y a tout juste un an, le 14 juillet 2016.
Aux côtés des militaires de l’Escadron 25/5 de gendarmerie mobile de Bourgoin-Jallieu, de la gendarmerie nationale, du commissariat de Police, de la police municipale, des sapeurs-pompiers de Bourgoin-Jallieu, des représentants du conseil municipal enfants et du conseil municipal des jeunes, on notait la présence de représentants d’associations patriotiques et d’anciens combattants, de quinze porte-drapeaux et une nombreuse délégation d’élus conduite par Vincent Chriqui, maire de Bourgoin-Jallieu.
Notez que parmi les porte-drapeaux figuraient quatre femmes : Claudette, Isabelle, Myriam et Nathalie. On pouvait encore remarquer la présence de légionnaires comme, entre autres, Danielle Alphand, présidente du Comité Nord-Isère, et Virginie Pfanner, conseillère régionale.
Cette cérémonie était placée sous l’ordonnancement du major Gilles Faure de l’Escadron 25/5 de gendarmerie mobile.
Après l’ouverture des bans, il était procédé à plusieurs dépôts de gerbes. Suivait une minute de silence avant que le premier magistrat ne rappelle l’histoire et notamment la débâcle de 1880 et pourquoi nous fêtons le 14 juillet. Il saluait encore la mission effectuée par les militaires qui sont actuellement au Sahel. Mais en ce jour si particulier, outre le fait que nous célébrions l’unité nationale, Vincent Chriqui évoquait la Paix en Europe et la réunification entre la France et l’Allemagne.
En effet, pour une raison très précise, Bourgoin-Jallieu recevait une délégation d’Allemands de Bergish-Gladbach (nous en parlerons dans notre prochaine édition).
Après le salut aux drapeaux, la petite assemblée était conviée au verre de l’amitié afin d’échanger autour du devoir de mémoire et de la valeur des mots “Liberté, Egalité, Fraternité” qui figurent sur les frontons des mairies françaises !

Le 14 juillet, que célèbre-t-on réellement ?
En France, le 14 juillet commémore le passage de la monarchie à la République, et symbolise l’union fraternelle de l’ensemble des citoyens français dans la liberté et l’égalité. La Marseillaise est le chant patriotique de la Révolution française que la France a adopté comme hymne national.
En 1789, bon nombre de Français sont mécontents. Bourgeois, paysans et ouvriers souhaitent des changements dans le Gouvernement et dans les lois. Les privilégiés (nobles, le haut clergé) poussent le roi à refuser toute concession, toute réforme importante. Alors, les changements se font par la violence. C’est la Révolution… Plus exactement dix ans de Révolution puisque, de 1789 à 1799, il se produit des changements très importants.
Le régime traditionnel de gouvernement, la royauté absolue, est remplacé par un autre : la République.
Après maintes convocations entre le roi et les États généraux, ce dernier ne se tient pas pour battu. Il réunit des troupes autour de Paris et renvoie le ministre Necker.
Le peuple de Paris pense alors que le roi veut expulser les députés. Il se soulève et s’empare de la prison royale de la Bastille. Une garde nationale, composée de citoyens armés, est constituée. Elle a pour général La Fayette et pour signe de ralliement la cocarde tricolore (le blanc : couleur de la royauté, le bleu et le rouge étant les couleurs de Paris). Ce jour-là, le peuple parisien a détruit l’orgueilleux symbole de l’absolutisme royal et prévenu la contre-révolution.
Bilan de la journée du 14 juillet 1789 : sept prisonniers libérés, une centaine de morts parmi les attaquants, les têtes du gouverneur et du prévôt des marchands promenées au bout des piques.
Et même si certains auraient préféré le 4 août (symbole de l’abandon des privilèges), la Chambre adopta, en 1880, sur proposition de Benjamin Raspail, la date du 14 juillet comme fête annuelle nationale pour commémorer la prise de la Bastille (14 juillet 1789) et la fête de la Fédération (14 juillet 1790) qui en avait été le premier anniversaire ainsi qu’une manifestation de la réconciliation nationale.
Il en est de même pour La Marseillaise qui devient l’Hymne national.
Un rendez-vous officiel avec des connotations patriotiques qui verra son premier défilé sur les Champs-Élysées en 1915 à l’occasion du transfert des cendres de Rouget de Lisle. Avant cela, du 14 juillet 1880 à 1914, ce dernier ce déroulait à Longchamp.
Carole Muet

Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

  • Passer une annonce
  • parution web + papier !

Petites annonces

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com