Profitez d'un abonnement gratuit !
Bourgoin-Jallieu > CEREMONIES COMMEMORATIVES

Le 11 novembre, un Jour-Mémoire - 17/11/2017

Le 11 novembre est une des grandes dates de la vie commémorative française. Jour de mémoire, c’est aussi la mémoire d’un jour, celui de l’Armistice de 1918.
 
Le 11 novembre : au service du souvenir (1918-1919)
Le 11 novembre 1918, à cinq heures, l’Armistice est signé à Rethondes, en forêt de Compiègne. Il met fin aux hostilités de la Première Guerre mondiale sur le front occidental. Entrant en vigueur à onze heures, il est valable pour 36 jours et peut être prorogé.
Au front, alternent des scènes d’émotion, de joie et de fraternisation à l’annonce du cessez-le-feu. La liesse déferle sur la France, tandis que retentissent les coups de canon que Clémenceau a ordonné de tirer.
Au Palais Bourbon, à 16h, Clémenceau lit les conditions d’armistice, salue l’Alsace et la Lorraine et rend hommage à la Nation.
Ce “jour de bonheur” ne peut faire oublier à l’ancien combattant, revenu à la vie civile, l’expérience tragique et le message dont il est porteur. Il importe en effet que le courage et les sacrifices des soldats durant ces quatre années de guerre restent dans chaque mémoire. Aussi peut-on dire que ce sont les anciens combattants qui vont imposer peu à peu le 11 novembre comme une fête nationale.
Le 11 novembre 1919 est une journée d’hommage discret. Une seule cérémonie est organisée dans la chapelle des Invalides en présence du Maréchal Foch. Cette même année, deux journées commémoratives avaient déjà marqué les esprits :
Le 14 juillet 1919, on fête la Victoire et la Paix dans le faste et dans la liesse. Cet hommage est rendu aux combattants, aux vivants comme aux morts ; Clémenceau a voulu que ce soit “leur” jour. À Paris, mille mutilés précèdent le défilé victorieux des armées alliées, qui passent pour la dernière fois sous l’Arc de Triomphe, devant une foule innombrable. Un cénotaphe édifié sous l’Arc reçoit, dans la nuit du 13 au 14, l’hommage du peuple aux morts pour la patrie.
Le 2 novembre 1919, premier Jour des morts depuis le retour de la paix, de nombreuses cérémonies symboliques sont organisées. Le Parlement a voulu que les morts fussent glorifiés dans toutes les communes de France, le même jour à la même heure. Moins qu’une journée de cérémonies officielles, ce 2 novembre est plutôt consacré aux hommages individuels des mères, veuves et orphelins, dans les cimetières et les nécropoles du front.
Le 11 novembre 1920 est une date importante pour la République, qui fête son cinquantenaire et y associe, pour la première fois, l’hommage à un soldat inconnu mort pendant la Grande Guerre, représentant anonyme de la foule héroïque des “Poilus”.
Évoquée en 1916, l’idée d’honorer un soldat inconnu, symbole de ces frères de combat, est adoptée en 1918. Le 12 novembre 1919, on décide du Panthéon comme lieu de sépulture. En 1920, une campagne menée par des écrivains est à l’origine du choix définitif de l’Arc de Triomphe.
Le Parlement vote à l’unanimité la loi suivante :
Article 1er : les honneurs du Panthéon seront rendus aux restes d’un des soldats non identifiés morts au Champ d’Honneur au cours de la guerre 1914-1918. La translation des restes de ce soldat sera faite solennellement le 11 novembre 1920.
Article 2 : le même jour, les restes du Soldat inconnu seront inhumés sous l’Arc de Triomphe.
Les députés adoptent le texte le 8 novembre et le Sénat le 9. Le 10, le soldat Auguste Thin désigne à Verdun le Soldat inconnu. Le cercueil arrive à Paris et rejoint pour la cérémonie du 11 novembre la châsse renfermant le cœur de Gambetta qui doit être transférée dans la crypte du Panthéon.
Une foule immense accompagne le cortège au Panthéon puis à l’Arc de Triomphe. Provisoirement, le cercueil est déposé dans une chapelle ardente au premier étage du monument et accessible à tous.
Le 28 janvier 1921, le Soldat inconnu est inhumé sous la voûte de l’Arc. Sur la dalle de granit sont gravés ces mots : “Ici repose un soldat français mort pour la Patrie (1914-1918)”.
Tout au long de l’année 1922, les anciens combattants insistent pour que le Parlement déclare le 11 novembre fête nationale, ce qu’établit la loi du 24 octobre 1922.
Le 11 novembre 1923, en présence de nombreuses associations d’anciens combattants, André Maginot, ministre de la guerre et des pensions, allume une flamme du souvenir dont le foyer est réalisé par le ferronnier Brandt.
Le Comité de la Flamme a désormais la tâche de la faire raviver chaque jour au crépuscule. Au fil des années, il devient une institution nationale : la Flamme est ravivée par les associations d’anciens combattants. Le Livre d’or du Souvenir est signé par de nombreux hôtes de la France.
En quatre années seulement, un cérémonial annuel naît, qui deviendra vite une tradition.
Parallèlement, on assiste à l’érection d’un monument aux morts dans chaque commune de France, autour duquel chaque municipalité organise la cérémonie du 11 novembre : cortège des autorités, des associations patriotiques, des enfants des écoles, de la population.
Extrait du fascicule n°8 Collection “Mémoire et Citoyenneté” - Le 11 novembre – Un Jour-Mémoire (Ministère de la Défense).

Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com