Profitez d'un abonnement gratuit !
Communes > LES VALS DU DAUPHINE

“Le paysage isérois avec la Loi NOTRe” s’est invité à la 60e édition du Congrès des Maires de l’Isère - 20/10/2017

Comme il est de coutume, le Congrès de maires et adjoints de l’Isère et des présidents d’intercommunalités vient d’avoir lieu en présence d’une très nombreuse assistance samedi 14 octobre dernier.
Et comme le veut la tradition, cette année c’est en Nord-Isère que la 60e édition s’est tenue, et plus précisément sur la commune de La Tour-du-Pin, en “débordant” un peu sur la commune de Saint-Jean-de-Soudain.
Après l’accueil des édiles autour d’un café accompagné de viennoiseries, chacun prenait place dans l’auditorium.
Après une présentation de la commune de La Tour-du-Pin par son maire Fabien Rajon, c’est Daniel Vitte, président de l’association des Maires et Adjoints de l’Isère, qui ouvrait la séance. Il s’exprimait ainsi : «Fabien Rajon, maire de La Tour-du-Pin, et son équipe municipale ont anticipé le succès de la future communauté de communes des Vals du Dauphiné en déposant une candidature, très volontaire, pour accueillir le 60e Congrès des Maires de l’Isère.
Seize mois plus tard, les délégués des 37 communes des Vals du Dauphiné ont désigné une présidente qui fédère dans le respect des différences et pose les solides fondations d’une construction particulièrement durable. L’exécutif à l’unisson engage résolument de grands projets, financés pour une bonne part grâce aux contrats signés avec l’Etat, le Département et la Région. Quant à la ville de La Tour-du-Pin, sous-préfecture et capitale administrative de l’arrondissement, elle sait accueillir les événements marquants.
Le parc municipal des sports de La Tour-du-Pin, écrin de verdure qui nous reçoit, est situé sur la commune voisine : Saint-Jean-de-Soudain. Un cadre idéal pour tenir un Congrès studieux, avec une participation toujours record : plus de 900 élus locaux, plus d’une centaine d’invités, tous accueillis par plus de 300 exposants répartis sur une soixantaine de stands.»
Lors de son discours Daniel Vitte rappelait le programme de la journée avec notamment une table-ronde sur “le paysage isérois avec la loi NOTRe”. Ce texte de loi a été mis en œuvre, en Isère, de manière pleinement concertée par l’Etat et les élus. Ses conséquences sont importantes en matière de structuration géographique des intercommunalités, comme des nouvelles répartitions de compétences.
Après une pensée émue pour ceux disparus dans l’année et ceux absents pour maladie, il tenait à rappeler à l’assemblée que l’association des Maires de l’Isère était à leurs côtés au quotidien.
Daniel Vitte faisait ensuite le point sur l’élection présidentielle et les premiers avis recueillis lors de récents échanges. «Les premiers pas du nouveau gouvernement, en direction des collectivités locales, sont perçus comme inconstants.
Dans un premier temps, la participation au redressement national a été annoncée. Ensuite, au regard d’un déficit budgétaire plus important que prévu, l’effort semblait s’orienter à la hausse.
Et puis, tout récemment, nous avons pu lire que la réduction des dotations aux collectivités locales ne serait plus d’actualité en 2018.
Avant son élection, le Président Macron avant mis en avant la nécessité d’un dialogue permettant de fixer conjointement des engagements réciproques entre l’Etat et les élus locaux, tout en nous inquiétant avec la suppression annoncée de 80 % de la taxe d’habitation. Plus récemment, l’annonce de la fin brutale de la plupart des contrats aidés a provoqué un vrai malaise. La dernière vive inquiétude en date concerne le logement social. Les annonces récentes suscitent un tollé chez les bailleurs, en Isère comme dans l’ensemble du pays.
Nous sommes réalistes, notre participation à l’effort national sera dans tous les cas exigée. Je veux souligner combien les collectivités locales aux ressources modestes, de toutes tailles, rencontrent déjà des difficultés pour boucler leur budget et sacrifient les investissements pour préserver les services aux habitants.
Nous avons déjà supprimé ce qui n’était pas indispensable, que reste-t-il à part la réduction des investissements ? Mais soyons prudents car les conséquences de cette tendance ont clairement pénalisé l’économie nationale. Quelle perspective va se fixer le gouvernement par rapport à nos communes ? Nous entendons parfois dire que seule une profonde réorganisation pourrait réduire les coûts des collectivités locales.»
Et de poursuivre : «Alors, sommes-nous à la veille d’une approche inédite pour nos communes ? Irons-nous vers l’obligation de généraliser les communes nouvelles, afin d’atteindre un seuil de population minimale ? Ou verrons-nous des communes réellement dévitalisées, ne subsistant que sur le papier, les intercommunalités prenant totalement en main le quotidien ? Dans tous les cas, nous demandons que les associations d’élus soient pleinement associées aux réflexions et le plus en amont possible, ce qui n’est pas vraiment le cas actuellement.»
Après la partie statutaire, les élu(e)s étaient invité(e)s à se rendre sur les différents stands qui avaient pris place sous un second chapiteau, également installés sur le stade municipal.
Puis, ce fut le temps de la table ronde avec un “échange-débat” sur le thème “Le paysage isérois avec la Loi NOTRe”.
Les interventions officielles de clôture précédaient une dernière visite des stands avant que les édiles ne se dirigent jusqu’au gymnase des Dauphins où les attendaient un repas de circonstance.
Notez qu’en 2018, le 61e Congrès des Maires de l’Isère se déroulera sur la commune d’Heyrieux le samedi 13 octobre 2018.
Carole Muet




Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com