Profitez d'un abonnement gratuit !
Communes > CAPI

“L’extinction de nuit une initiative communale…” - 17/02/2017

L’éclairage public répond à plusieurs objectifs : sécuriser l’espace public en conférant un sentiment de sécurité visuel tout au long de la nuit, fluidifier les déplacements nocturnes et mettre en valeur l’espace public (centre-ville, places, parcs, etc…).
Avec l’augmentation du coût de l’énergie, l’éclairage public, en général, représente désormais des enjeux énergétiques et financiers importants. «Le parc français compte 9 millions de lampes et la consommation d’éclairage extérieur (5,6 TWh) représente 1 % de la production totale d’électricité en France» (source : AFE).
Du côté des enjeux écologiques, en cohérence avec le Grenelle de l’Environnement, 12 000 communes se sont déjà engagées dans la démarche d’extinction totale ou partielle en milieu de nuit. Ces mesures visent à réduire fortement la consommation électrique (kWh), de réduire la pollution lumineuse et de limiter les émissions de CO2 et ses effets sur le changement climatique. Il est important de préciser qu’au niveau réglementaire, la décision d’extinction de nuit de l’éclairage public reste une initiative communale à prendre dans le cadre des pouvoirs  du maire. En effet, le maire conserve la responsabilité de la police administrative de l’éclairage public, même si la compétence éclairage est assurée par un syndicat d’énergies ou une communauté d’agglomération.

L’éclairage public à la CAPI
La Communauté d’agglomération Porte de l’Isère (CAPI) compte 22 communes membres. Concernant l’éclairage public, cela représente 18 000 points lumineux, une consommation annuelle de 10 900 000 kWh pour un montant annuel de 1 460 000 euros TTC.
Depuis 2008, la Capi, via son Plan Lumière, s’est engagée dans un plan d’actions qui vise à rationaliser l’éclairage public et à accompagner le développement urbain. Cette programmation pluriannuelle a pour objectifs de valoriser le territoire par la création visuelle d’une identité nocturne de l’agglomération (lumière blanche sur l’ensemble de l’agglomération et lumière bleue pour le coeur des giratoires de la RD 1006), de préserver les ressources naturelles en adaptant les plages horaires d’éclairage aux besoins, et d’améliorer le confort et la sécurité des usagers en réduisant les nuisances et la pollution lumineuse.
Toujours dans le cadre du Plan Lumière, la CAPI a également poursuivi la rénovation du parc d’éclairage public existant avec des installations respectueuses de l’environnement, des consommations contrôlées, des nuisances lumineuses limitées (LED, radars intelligents, l’abaissement des puissances lors du relamping, horloges astronomiques...).
Le ciel nocturne de la CAPI est très hétérogène avec une pollution lumineuse “importante” dans les zones urbaines denses et un ciel nocturne qui est encore préservé dans les zones plus rurales.
Les principales actions en éclairage public, menées en 2016, sont la rénovation de 100 lanternes Leds, la mise en place de 150 kits Leds dans des lanternes existantes, la mise en place de 253 lanternes Leds et de 30 détecteurs de mouvements communicants et le relamping de 4 500 ampoules avec un abaissement des puissances.

L’expérimentation de l’éclairage nocturne
L’extinction de l’éclairage consiste à éteindre l’éclairage public au milieu de la nuit, lorsque les rares usagers de l’espace public sont des automobilistes qui bénéficient déjà de l’éclairage des phares de leurs véhicules. La décision d’extinction de nuit de l’éclairage public est une initiative communale. Elle est fréquemment généralisée à l'échelle de la commune entière, parfois sur quelques quartiers seulement ou encore, l’éclairage peut être maintenu toute la nuit sur certains points stratégiques.
En général, la plage horaire d’extinction correspond au milieu de la nuit et s’étend de 23h à 6h du matin. La plage horaire retenue sur le territoire de la CAPI est d’éteindre de minuit à 5h du matin.
Ces plages horaires seront programmées via les horloges astronomiques et les habitants seront informés par des réunions de quartier, par le bulletin municipal ou sur le site internet de la commune.
Le coût d’une horloge astronomique est de l’ordre de 500 euros par unité. La démarche est pilotée et coordonnée par la CAPI, mais elle doit être portée par les communes afin de réduire les nuisances lumineuses, réaliser des économies d'énergie et donc réduire les dépenses de fonctionnement.
Cette année, dix communes de la CAPI s’engageront dans cette démarche : Châteauvilain, Crachier, Domarin, Maubec, Nivolas-Vermelle, Ruy-Montceau, St-Alban-de-Roche, Succieu, La Verpillière et Villefontaine. 
Avec une extinction de l’éclairage public sur ces dix communes, l’économie potentielle est de l’ordre de 1 700 000 kWh par an soit 145 000 euros et 153 tonnes de CO2 produites en moins sur ces dix communes. Avec une extinction de l’ensemble de l’éclairage public de la CAPI, l’économie potentielle est de l’ordre de 4 900 000 kWh par an soit 420 000 euros, 420 tonnes de CO2 produites en moins sur toute la CAPI.

Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

  • Passer une annonce
  • parution web + papier !

Petites annonces

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com