Profitez d'un abonnement gratuit !
Communes > MORESTEL

Me Christian Rival a fait valoir ses droits à la retraite - 08/12/2017

Vendredi 1er décembre, les associées et collaborateurs d’hier et d’aujourd’hui de Me Christian Rival étaient au rendez-vous. Toutes et tous avaient à cœur d’accompagner leur boss et leur mentor dans sa nouvelle vie de jeune retraité. Enfin, n’allez pas croire que Christian Rival va se reposer sur ses lauriers. D’ailleurs, son épouse Michèle n’y croit pas vraiment. Elle sait qu’elle a épousé un homme qui a des valeurs intellectuelles et morales.
Alors oui, partir à la retraite, c’est une étape. Il y a vraiment quelque chose qui se passe. Et pour Christian Rival, tout ne s’arrête pas là… Tout ne s’arrête pas à ce vendredi 1er décembre où, lors d’un discours d’au revoir, il a eu bien du mal à contenir son émotion. Une page se tourne… celle du notariat. Cette profession qu’il n’a pas voulu, bien qu’il soit lui-même fils de notaire. Il était plutôt tourné vers la nature. Un rêveur, un poète. Et puis, vous le savez, dans la vie il y a des circonstances, il y a des exigences, il y a les imprévisibles imprévus. Finalement, l’amoureux de la nature, de la langue française et des belles citations, a fini par “épouser” ce métier qu’il ne voulait pas au départ. Et quelle carrière ! Il en a fait du chemin Me Christian Rival depuis son entrée en Fac… en 1968 ! Alors, “Oh Capitaine, mon Capitaine !”, très près du “Cercle des Poètes Disparus”, Christian Rival nous a donné le vertige. Il a prêté serment le 1er septembre 1975 et 42 années plus tard, il peut nous dire qu’il a traité entre 25 ou 28 000 dossiers, qu’il a effectué des milliers d’heures d’enregistrement sur le dictaphone, et qu’en tout et pour tout, il a dû avoir quatre jours d’arrêt de travail. «Mais là, c’est plus de la chance que du mérite», déclarait haut et fort Christian Rival. Alors, quels souvenirs gardent-il de ces années de notariat ? Il répond : «C’est un métier exigent. C’est une profession belle et cruelle.»
Mais y a-t-il une confusion des sentiments ? À quoi “marche” vraiment Me Christian Rival, désormais notaire en retraite… mais encore, maire de Morestel et 1er vice-président au Conseil départemental. Il en est désormais à plus de 40 ans de mandats électoraux. Mais, sa bouffée d’oxygène, c’est bien son épouse Michèle, ses trois enfants, ses petits-enfants, son frère Denis, sa sœur Claude… et les “vrais” amis. Et lorsqu’il évoqua sa sœur, il souhaitait à ses hôtes d’avoir le même bonheur que lui : «Si vous avez une sœur, je vous souhaite de recevoir la même lettre qu’elle m’a écrit. Quelque chose de fort, quelque de rare de la part d’une soeur.»
Autrement, pour celles et ceux qui restent au sein de l’étude notariale de Morestel, il reste le “Petit Rival Illustré”. Son équipe de collaborateurs fut dévouée et compétente. Quant à son successeur, “JPP” (Jean-Philippe Pauget), il revient de loin… il a été “repêché” par Me André Saramito, pour une “histoire” de faute d’orthographe. Et oui ! On a beau être au service de l’humain, Christian Rival est un dictionnaire, un livre de grammaire et une encyclopédie à lui seul.
Et si Me Jean-Philippe Pauget connaît bien l’étude depuis maintenant un peu plus de dix ans, il “vole” désormais, et plus précisément depuis le 1er mars 2017, de ses propres ailes. Enfin, il est entouré d’une équipe sur laquelle il peut compter… sans compter. C’est ça l’esprit d’équipe.
Alors, bonne retraite à Me Christian Rival et belle carrière à Me Jean-Philippe Pauget.
Carole Muet

Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com