Profitez d'un abonnement gratuit !
Communes > CREMIEU

“Résistances en chemins” pour près de 200 écoliers - 03/06/2016

La Ligue de l’Enseignement de l’Isère et l’USEP, en partenariat avec la Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale, vient d’organiser la 12e saison de “Résistances en chemins”. Malgré un temps très incertain, l’événement s’est déroulé mardi 24 mai sur la commune de Crémieu. Si la manifestation a rassemblé près de 200 écoliers, soit six classes, il faut savoir que l’action “Résistances en chemins” a un impact allant bien au-delà. En effet, c’est toute l’Isère qui est concernée.
En effet, du 17 mai au 14 juin, ce sont des classes élémentaires de tout le département qui se sont réunies ou qui se réuniront en fin d’année scolaire pour randonner sur cinq hauts lieux de la Résistance en Isère.
Au total, sur les cinq sites isérois, ce sont environ 680 écoliers, soit 30 classes de cycle 3 (CE2-CM1-CM2), qui se sont investies dans le projet “Résistances en chemins”. Ce dispositif se donne pour objectif d’interroger l’histoire pour mieux comprendre le présent et construire un avenir citoyen. Dans une démarche d’éducation à la paix, les organisateurs souhaitent avant tout stimuler l’esprit critique des jeunes. C’est aussi une façon de les encourager à aller à la rencontre de l’autre, et de les aider à comprendre ce qu’est l’engagement citoyen. Au-delà de la commémoration, la Ligue de l’Enseignement de l’Isère et les associations de Résistants participantes souhaitent transmettre “l’esprit de Résistance”.
Avant les rassemblements, les élèves préparent cette journée en histoire, en éducation civique, en sport, en arts plastiques et en musique. Ils étaient invités à réaliser des productions plastiques pour exprimer ce que résister signifie pour eux aujourd’hui. Celles-ci étaient exposées sur les sites le jour des rassemblements.
Lors de ces journées, les écoliers vont à la rencontre de résistants, d’enfants de résistants et d’associations. Chaque rassemblement se termine par un temps de commémoration où les jeunes chantent, d’une seule voix, le “chant des partisans” (le chant de la Libération) dont les paroles sont signées Maurice Druon et Joseph Kessel.

Ils ont randonné dans les pas des résistants
Ainsi, mardi 24 mai, les écoliers ont emprunté un parcours dans Crémieu et ses environs pour découvrir les lieux symboliques des faits de Résistance : les ruines d’une ancienne imprimerie clandestine, les maisons qui ont abrité des réunions de Résistants ou qui leur ont permis de se cacher, la pension Levine où des enfants juifs se sont réfugiés, l’ancienne école où l’instituteur fut arrêté devant ses élèves. Mais aussi des lieux commémoratifs comme la place Marcel Petit. Tout au long du parcours, les écoliers étaient accompagnés par des bénévoles randonneurs et des lecteurs de “Lire et faire lire”. Ces derniers ont ainsi lu des témoignages et des poèmes.
Les écoliers ont également visité l’exposition réalisée par André Appriou. Celle-ci mettait en lumière les 6 femmes “Compagnons de la Libération” : Berty Albrecht, Marie Hackin, Laure Diebold, Marcelle Henry, Émilienne Moreau-Évrard, Simone Michel-Lévy. Une façon de mettre en lumière ces “résistantes de l’ombre que l’on a laissées à l’ombre trop longtemps”. El-les furent des milliers, au plan national, et tout au plus quelques centaines ont été reconnues. De l’exposition de témoignages et de photographies installée sur le parvis de l’hôtel de Ville, on pouvait encore voir le visage de quelques “figures” féminines célèbres de la Résistance Française.
Sur les panneaux, on pouvait encore lire un extrait de l’article “Crier la vérité” d’Édith Thomas, pionnière de l’histoire des femmes : «J’ai vu passer un train, en tête un wagon contenait des gendarmes français et des soldats allemands. Puis venaient des wagons à bestiaux plombés. Des bras maigres d’enfants se cramponnaient aux barreaux. Une main au dehors s’agitait comme une feuille dans la tempête. Quand le train a ralenti, des voix ont crié “maman”. Et rien n’a répondu que le grincement des essieux… Notre métier ? Pour en être digne, il faut dire la vérité. La vérité qu’il faut crier c’est : “Les étoiles sur les poitrines”, “L’arrachement des enfants aux mères”, “Les hommes qu’on fusille chaque jour” et “La dégradation méthodique de tout un peuple”. La vérité est interdite !»
En ce mardi 24 mai, chaque écolier aura pu retenir que «l’esprit de résistance est un formidable message d’espoir car il dit “oui” à un monde meilleur…»
Carole Muet

Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

  • Passer une annonce
  • parution web + papier !

Petites annonces

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com