Profitez d'un abonnement gratuit !
Communes > SAINT-JEAN-DE-BOURNAY

Sortie du nouveau livre de Michel Revelin - 20/10/2017

Michel Revelin vient de sortir un nouveau livre intitulé “Les enjeux du pastoralisme face aux loups”, sur l’épineuse cohabitation entre le pastoralisme et le loup en France.
Michel Revelin habite sur la commune de Saint-Jean-de-Bournay. De formation technico-scientifique supérieure, il est l’ancien directeur des services techniques de la ville en tant qu’ingénieur. Marié, père de deux enfants et grand-père, c’est un amoureux viscéral de la nature. Ses goûts sont très variés, ils vont de la pratique de la randonnée en montagne, du jujitsu, du VTT, au piano classique et de l’écoute de la musique, sa grande passion.
Sur le plan personnel, il prône résolument la transformation d’une société de plus en plus inégalitaire, dont certains effets écologiques négatifs secondaires sont de plus en plus voyants, sans pour autant s’orienter vers une idéologie environnementale rigide dont il montre des excès dans son livre. Concernant les problèmes de cohabitation du loup et du pastoralisme, il est, du fait de certaines connaissances acquises, sollicité pour faire des conférences-débats qu’il anime avec un berger.
Concernant le livre, l’auteur indique que c’est le conflit entre les défenseurs du loup et les gens du milieu du pastoralisme qui l’a conduit à rechercher et à approfondir, pendant presque trois années, les raisons de cet antagonisme.
Il portait au départ un regard plutôt favorable à l’animal sauvage, confie-t-il. Au fil de ses investigations, il s’est rendu compte que la grande protection et que la gestion actuelle de Canis lupus étaient en partie fondées sur des idées reçues.
«Il fait l’objet, par ses partisans les plus ardents, d’une survalorisation écologique au point que des scientifiques naturalistes, spécialistes de l’animal, dénoncent des interprétations abusives de son rôle environnemental», précise-t-il.
Il confie que d’autres spécialistes et défenseurs de Canis lupus proclament que sa protection ne peut être justifiée par des arguments écologiques, mais seulement par des arguments philosophiques. Ce qui le conduit à aborder la problématique sous un angle différent.
Il constate que le pastoralisme et l’élevage extensif, des modes de fonctionnement “paysan” parmi les plus écologiques du secteur agricole, sont fragilisés par la surprotection de l’animal sauvage (10.000 animaux domestiques tués en 2016 par le loup).
Enfin, le bilan comparatif entre l’animal sauvage et le pastoralisme sur leur intérêt écologique n’apparaît en définitive pas favorable au premier. Des pistes scientifiques ne semblent pas faire obstacle au maintien d’un effectif de loups inférieur à celui d’aujourd'hui, en écartant toute éradication.
Infos pratiques : “Les enjeux du pastoralisme face aux loups” aux “Éditions 7” à Vienne. Rens. auprès de l’auteur au 06 82 20 29 22.
A.T.

Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com