Profitez d'un abonnement gratuit !
Communes > SAINT-ANDRE-LE-GAZ

Une cérémonie pour ne jamais oublier le 8 juillet 1944 - 15/07/2016

Dimanche 10 juillet, et comme chaque année, la municipalité et la population de Saint-André-le-Gaz se sont rassemblés pour commémorer la tragédie du 8 juillet 1944.
C’est en présence d’une très nombreuse assistance que le cortège a pris le départ depuis la place du Lavoir pour rejoindre le monument aux morts situé sur la Place de la gare SNCF.
Aux côtés de Magali Guillot, maire maire de Saint-André-le-Gaz et conseillère départementale, on pouvait remarquer la présence, entres autres, de Joëlle Huillier, députée, Jean-Pierre Chabert, président de la communauté de communes Bourbre-Tisserands, Roger Gallien et Joseph Veyret, maires honoraires de Saint-André-le-Gaz, des présidents et représentants d’associations patriotiques, d’anciens combattants et des déportés, les sapeurs-pompiers, les jeunes sapeurs-pompiers, l’Harmonie des Tisserands, la chorale Authentique Musique de La Tour-du-Pin, des élus des communes alentours, 35 porte-drapeaux, des personnalités civiles et militaires.
Après les dépôts de gerbes et la minute de silence, deux jeunes procédaient à l’appel de chacun des morts gravé dans le marbre.
Dans son allocution Magali Guillot avait à cœur d’évoquer cet événement qui est le plus tragique qu’est connue la commune. Elle déclarait : «Nous le rappelons au fil des décennies. Le 8 juillet 1944, 13 hommes ont été assassinés et 8 autres personnes ont été déportée. Seule Melle Marcelle Giroud est rentrée de déportation. Notre devoir est de ne jamais oublier. Mais je crois qu’au-delà du devoir, c’est notre volonté de mémoire qui nous fait nous rassembler. Un village est un corps vivant, allant de moments heureux aux moments tragiques. Il garde les cicatrices des drames. La cicatrice du 8 juillet 1944 est profonde. Son sillon marqué au cœur de notre village nous rappelle combien la folie, la cruauté, la barbarie peuvent habiter le cœur de certains hommes. Ils l’ont fait. Ils ont pris des vies.»
Les intervenants se succédaient en cette journée du souvenir où le devoir de mémoire prenait toute sa dimension. Après le salut aux drapeaux, l’assistance se retrouvait autour du verre de l’amitié.
C. Muet

Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

  • Passer une annonce
  • parution web + papier !

Petites annonces

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com