Profitez d'un abonnement gratuit !
Communes > SAINT-ANDRE-LE-GAZ

Une commémoration de la tragédie du 8 juillet 1944 dans l’émotion individuelle et collective - 14/07/2017

Dimanche 9 juillet, et comme chaque année, la municipalité et la population de Saint-André-le-Gaz se sont rassemblées pour commémorer la tragédie du 8 juillet 1944.
C’est en présence d’une très nombreuse assistance que le cortège a pris le départ depuis la place du Lavoir pour rejoindre le monument aux morts situé sur la Place de la gare SNCF.
Aux côtés de Magali Guillot, maire maire de Saint-André-le-Gaz et conseillère départementale, on pouvait remarquer la présence, entres autres, de Marjolaine Meynier-Millefert, députée, Virginie Pfanner, conseillère régionale, Roger Gallien, maire honoraire de Saint-André-le-Gaz, des élus des communes alentours, de 36 porte-drapeaux, d’un fanion, des présidents et représentants d’associations patriotiques, d’anciens combattants et des déportés, les sapeurs-pompiers, les jeunes sapeurs-pompiers, l’Harmonie des Tisserands, Group Music Show (les chanteuses Marie-Blanche et Nicole accompagnées par Christian, au synthétiseur), de Lucile du conseil municipal des jeunes, de Mathieu Genas, représentant la SNCF, de Jean-Claude Platret du “Terminus” de la gare de Saint-André-le-Gaz.
Après les dépôts de gerbes et la minute de silence, deux jeunes procédaient à l’appel de chacun des morts dont les noms sont gravés dans le marbre.
Puis, Magali Guillot s’adressait à la nombreuse assistance : “Notre village se réunit depuis bien des décennies sur ce lieu de souvenir. Le temps ne change rien. Nous sommes tous là, dans l’émotion de ce terrible jour de juillet 1944, pour honorer les femmes et les hommes martyrs de la barbarie nazie. Comme chaque année, nous sommes toujours très émus de nous retrouver pour cette commémoration de la tragédie du 8 juillet 1944.”
Et de poursuivre : “C’est une émotion individuelle et collective. Mais au-delà de l’émotion, il est essentiel de souligner l’importance de l’entretien du souvenir de cet événement abominable qui a plongé de nombreuses familles dans un deuil terrible.”
Pour sa part, Marjolaine Meynier-Millefert prononçait un discours alimenté par la phrase de Nietzsche : “Le futur appartient à celui qui a la mémoire la plus longue”. Elle déclarait ainsi : “Cette phrase m’interpelle car, à l’ère de l’instantanéité, où une information en chasse une autre, où rien ne dure plus de 24h, où l’actualité doit se traiter vite et se renouveler souvent pour capter notre attention, je crains que notre mémoire collective ne soit plus très longue.”
Ensuite, la parole était donnée à Roger Gallien qui retraçait le récit de cette tragique journée du 8 juillet 1944.
À la fin de la cérémonie, Magali Guillot était chaleureusement remerciée par Roger Gallien, maire Honoraire. Celui-ci était particulièrement touchée par l’implication de cette jeune élue et ne manquait de la féliciter pour l’organisation de cette cérémonie particulièrement touchante où l’émotion était palpable.
Carole Muet

Espace Abonné


Annonces légales

Publier

Publiez vos annonces légales sur le journal

votre annonce en ligne

En temps réel

  • Version web : 42,00 €
    + l'accès aux archives
  • Version papier : 52,00 €

Abonnez-vous !

Météo Bourgoin-Jallieu © meteocity.com
Covoiturage

Publicité

  • Tarifs Publicités

PUBLICITÉS

© 2013 www.ss2i.com